Dark Shadows : le vampire burtonisé

Dark Shadows ou comment orchestrer visuellement le clash entre l’univers gothique de Tim Burton et l’explosion de couleurs chères aux années 1970. Tout commence dans un univers familier du réalisateur de Sleepy Hollow, des couleurs délavées, une ambiance sombre, des personnages pâlichons, et l’annonce d’une malédiction.

Le jeune Barnabas Collins et ses parents s’installent aux Etats-Unis pour démarrer une nouvelle vie et réussir dans l’industrie de la pêche. Le jeune homme (Johnny Depp) grandit et flirte avec la belle Angélique Bouchard (Eva Green) qui s’avère aussi douée pour manier la magie noire que la serpillière. Délaissée par Barnabas qui s’éprend de Josette (prénom collector), Angélique se venge de son amant en le transformant en vampire. Deux siècles plus tard, le suceur de sang est libéré par hasard et décide d’aider ses descendants «seventies», mais la sorcière ne l’entend pas de cette oreille.

Dark Shadows

Le film tangue entre un nouveau volet de l’œuvre burtonnienne et un hommage à la série Dark Shadows diffusée entre 1966 et 1971 aux Etats-Unis. Tout comme Barnabas qui découvre une nouvelle époque, la fan de Tim Burton que je suis a été un peu déroutée mais tout de même charmée par cette comédie fantastique. Le long métrage prête davantage à sourire qu’à rire aux éclats, et le charme de conte propre au réalisateur se retrouve confronté à une franche dose de parodie du film de genre.

L’artiste reste un virtuose de la mise en scène et offre une nouvelle fois un bijou visuel. Parmi les éléments marquants : les détails du manoir de Collinwood, les effets spéciaux de la maison qui prend vie et ceux du craquellement du corps de la sorcière. Au milieu de personnages hauts en couleurs comme Michelle Pfeiffer en chef de famille opiniâtre ou Helena Bonham Carter en psychiatre alcoolique, Eva Green livre une performance impressionnante en sorcière hystérique, femme fatale au regard névrosé.

En bref, un beau divertissement qui n’entre toutefois pas dans mon top cinq des films du papa d’Edward aux mains d’argent.

Dark Shadows (2012)

De Tim Burton. Avec Johnny Depp, Eva Green, Michelle Pfeiffer, Helena Bonham Carter…

Durée : 1h52

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, Films, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s