Rendez-vous en terre inconnue avec Zabou Breitman

Une fois n’est pas coutume, en matière d’audience, France 2 est passé mardi devant TF1. Le cynique Dr House a été détrôné par «Rendez-vous en terre inconnue», qui a suivi l’actrice et réalisatrice Zabou Breitman dans le sud-ouest de l’Ethiopie chez les Nyangatom. L’épisode inédit de la série américaine a rassemblé 6,7 millions de téléspectateurs (22,4% de part d’audience), contre 8,2 millions (près de 29%) pour France 2, selon Médiamétrie.
Pour chaque numéro de cette émission, par le biais d’un voyage à l’autre bout du monde, Frédéric Lopez amène une personnalité à découvrir un peuple autochtone proche de la nature. En une quinzaine de jours, les deux visiteurs adoptent un nouveau mode de vie, font la rencontre d’hommes et de femmes à travers leur quotidien et leurs histoires. L’un des tours de force de ce programme est de ne pas tomber dans la «peopolisation» du sujet et de parvenir à se centrer sur le récit d’une aventure humaine, d’un échange, tout en évitant au mieux le pathos. Les invités jouent le jeu, parfois en dépassant leurs propres appréhensions, pour s’intégrer et s’intéresser à cette expérience de vie.
Ce qui était particulièrement appréciable pour le spectateur dans le voyage chez les Nyangatom, c’est l’authenticité des réactions de Zabou Breitman qui apparaît tour à tour submergée par le nouveau, puis attentive à ses hôtes, riant ou s’émouvant de leurs histoires. Lorsque, de retour sur un plateau télévisé à Paris, la présentatrice lui demande si ce voyage a changé sa vie, elle répond que ce serait un peu exagéré de le dire de cette manière. Néanmoins, l’actrice reconnaît que cette expérience a influencé sa façon de percevoir son quotidien, de prioriser les choses. Elle décrit ces deux semaines comme «le deuxième plus beau souvenir de [sa] vie, après la naissance de [ses] enfants». La sobriété des adieux ne fait que renforcer l’émotion du moment. Zabou Breitman mentionne son impression d’être passée d’un «livre d’images» sur une tribu lointaine à «un album de famille».
L’accueil chaleureux et l’intégration à la vie de la tribu restent aussi un élément marquant. Chacun de ses membres montre une personnalité bien trempée, des guerriers en quête de paix, un homme féministe, une femme qui introduit la culture du sorgho dans ce groupe d’éleveurs. Le quotidien a beau être diamétralement opposé entre les deux occidentaux et les Nyangatom, tous partagent le rire, l’autodérision, la contemplation d’un paysage. Toutefois, le reportage ne se limite pas à ces moments d’harmonie. Le sujet évoque aussi les vols de bétail et les hommes tués par balle, la polygamie, le travail harassant des femmes.
France 2 a ensuite proposé une deuxième partie de soirée pour revenir sur le reportage avec Zabou Breitman et Frédéric Lopez, ainsi qu’une partie de l’équipe du tournage (le rédacteur en chef, Franck Desplanques, et le réalisateur Pierre Stine). Tout commence avec une enquête sur différents peuples. Le fait que les  Nyangatom sont armés a soulevé au départ quelques inquiétudes dans l’équipe de production. Franck Desplanques est parti faire du repérage durant plus d’un mois, de village en village, jusqu’à trouver la perle rare. Le rédacteur en chef et le réalisateur y font un pré-tournage d’une dizaine de jours, et présentent leur programme. Cette préparation permet de faire oublier la caméra aux hôtes et de faciliter l’intégration des deux visiteurs lors du tournage de l’émission. «Rendez-vous en terre inconnue» fonctionne avec l’aide de traducteurs, ce qui rend chaque échange plus long mais ne gêne pas la communication, selon Zabou Breitman. Sur le plateau, l’équipe a également abordé la situation de l’Ethiopie qui s’est lancée dans le développement industriel à grande vitesse. Les autorités locales exproprient de plus en plus de villageois pour construire sur leurs terrains.
Frédéric Lopez explique que le but n’est pas de prendre parti mais d’informer sur une situation, de faire découvrir un peuple autochtone. Depuis 2004, de un à trois nouveaux numéros de «Rendez-vous en terre inconnue» sont diffusés chaque année. En résumé, le secret d’un succès : partir d’un beau concept, prendre le temps de bien faire, de préparer, de partager, pour monter un documentaire de qualité.

Publicités
Cet article, publié dans Média, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s