Sur la Route : Spliff, Sex and Swann

Comment adapter un livre culte pour des générations d’étudiants américains, et de jeunes à travers le monde ? Le roman de Jack Kerouac Sur la route (1957), référence de la beat generation, présente plusieurs caractéristiques qui le rendent difficilement adaptable au cinéma. Difficile, mais pas impossible selon le réalisateur brésilien Walter Salles. Ce dernier a voulu raconter à sa façon une histoire de recherche de liberté qui l’a marqué à sa sortie de l’université.

Ce road movie, constitué d’allers-retours et de boucles, suit des personnages en quête d’expériences aussi bien humaines que littéraires, sexuelles, musicales, ou sensorielles par le biais de drogues et d’alcool. Le rythme et l’organisation très particuliers de ce roman font partie des éléments qui rendent délicate une adaptation. L’omniprésence de la musique jazz qui a pour essence l’improvisation à cette époque, porte les personnages au long de leur itinéraire. La mise en scène elle-même joue sur l’aspect imprévisible et le quotidien improvisé des protagonistes. Un autre élément fondamental s’illustre dans les références récurrentes à la littérature, notamment Du côté de chez Swann de Proust, qui se font essentiellement à travers des citations déclamées ou lues par les personnages. L’intégration de ces citations ne sonne toutefois pas toujours très juste dans certaines scènes. Il faut aussi souligner la photographie, magnifique, qui emmène le spectateur à la découverte d’une partie des États-Unis, de ses paysages intacts, et des multiples facettes de la société américaine d’alors.

Sur la Route

Finalement, la recherche de liberté et de nouveauté qui habite ces jeunes adultes passe avant tout par Dean Moriarty, interprété avec force par Garrett Hedlund. Cette figure d’aventurier solitaire abandonne régulièrement femme et enfants pour parcourir le pays, ou quitte son meilleur ami Sal Paradise (Sam Riley) alors enfiévré au fin fond du Mexique. Il restera d’ailleurs le seul à ne faire aucune concession jusqu’au bout, tandis que sa jeune maîtresse Marylou (Kristen Stewart), puis Sal, décident de redescendre de leur trip et commencent à aspirer à plus de stabilité. Ces deux personnages tendent peu à peu vers la concrétisation de leur objectif − que ce soit fonder une famille ou écrire un roman − et peuvent désormais suivre cette direction. Dean, quant à lui, semble condamné à errer. Sa soif de liberté finit par l’isoler, malgré ses élans de générosité. L’espace créé par la fête permanente et la drogue révèle ses limites : au lendemain d’une nuit intense en émotion et en échanges, apparaît une communication pas si évidente entre les amis. Cette idée se reflète assez bien dans une scène, entre deux fêtes, où le trio Dean, Sal et Marylou, accueille deux autostoppeurs dont l’un entonne une chanson nostalgique qui semble suspendre le temps et toucher son auditoire.

Quitter le foyer familial, partir à la rencontre d’autres êtres humains et de territoires différents, c’est bien souvent la voie suivie pour passer à la «vie adulte». La quête de liberté des protagonistes a poussé les acteurs à donner réellement de leur personne, à lâcher prise pour un abandon total de soi, que ce soit dans les scènes de danse endiablées ou les parties de jambes en l’air où plus on est de fous plus on rit. Force est de constater que Walter Salles a le mérite de s’être lancé, et pas qu’à moitié, dans l’adaptation de ce livre culte pour en faire un film tout à fait honorable, malgré certaines petites longueurs.

Sur la route (2012)

De Walter Salles. Avec Garrett Hedlund, Sam Riley, Tom Sturridge, Kristen Stewart, Kisten Dunst, Viggo Mortensen…

Durée : 2h20

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, Films, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s