Un Plan (presque) parfait ?

Autant j’avais adoré L’Arnacoeur, autant Un Plan parfait ne fonctionne pas vraiment pour moi. Sur le papier, pourtant, l’originalité des idées séduit, avec l’aspect de conte lié à la malédiction sur le premier mariage dans la famille, le choix d’entrecouper le récit par des retours à la table des narrateurs, et une histoire rythmée par des voyages au bout du monde. Les ingrédients de cette comédie romantique ne donnent toutefois pas le résultat escompté. Tout commence par un dîner de Noël dans une famille qui raconte à son invitée l’histoire de la malédiction familiale en se concentrant sur le destin de la fille aînée, Isabelle (Diane Kruger). Elle a décidé d’épouser le premier venu puis d’en divorcer aussitôt pour pouvoir s’unir à l’homme qu’elle aime depuis dix ans. Elle choisit dans l’avion Jean-Yves (Danny Boon), un rédacteur du guide du Routard, un peu lourd mais pas méchant.

Premier constat, l’alchimie entre les deux personnages manque de solidité pour convaincre totalement, contrairement au duo Vanessa Paradis / Romain Duris qui crevait l’écran dans L’Arnacoeur. Ici, les gags et les répliques font davantage sourire que rire. Quant au dîner des narrateurs, leurs échanges sonnent un peu creux et n’apportent finalement pas grand-chose, si ce n’est à la fin, lorsque le beau-père d’Isabelle prend la parole ou lors de ses répliques avec son beau-fils. L’autre élément majeur qui fait défaut par rapport à L’Arnacoeur, c’est le manque de personnages secondaires forts. Les scénaristes ont pourtant gardé le même binôme (la sœur et son mari) qui, là encore, fonctionne moins bien. Il faut dire que Julie Ferrier, François Damiens, mais aussi Helena Noguerra, livraient des performances désopilantes dans le film précédent du réalisateur.

Il reste que Diane Kruger a plutôt réussi son baptême dans le registre de la comédie, et que Danny Boon remplit son contrat du type ordinaire au grand cœur qui cache quelques bottes secrètes. D’autre part, certains enchaînements de scènes, comme celui qui montre la routine du couple d’Isabelle, se révèlent tout à fait efficaces. Mais, vous l’aurez compris, difficile pour moi de ne pas dresser de comparaison avec le film précédent de Pascal Chaumeil. Néanmoins, ne soyons pas trop sévères, Un Plan parfait fait passer un moment léger qui reste agréable.

Un Plan parfait (2012)

De Pascal Chaumeil. Avec Diane Kruger, Danny Boon, Alice Pol, Robert Plagnol…

Durée : 1h44

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, Films, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un Plan (presque) parfait ?

  1. auroreinparis dit :

    L’arnacoeur était une parfaite réussite avec un duo terriblement crédible, là, j’avoue que j’ai des doutes, et ton article le confirme !

  2. Ping : 20 ans d’écart, et le charme opère | behindzescenes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s