Le Monde de Charlie, au-delà des apparences

Le titre original du film Le Monde de Charlie, The Perks of Being a Wallflower (traduction littérale : Les avantages d’être une fleur de tapisserie), renvoie directement à la sensation d’invisibilité que partagent, par moments, les adolescents. C’est d’ailleurs le passage de l’enfance à la vie plus adulte que décrit notamment le livre de Stephen Chbosky (auteur et réalisateur de cette histoire) publié en 1999. Il aborde également les ravages que peut causer un traumatisme sur le développement d’un enfant. Dans son générique, le long-métrage rend d’ailleurs hommage à son origine littéraire en utilisant la graphie et le son d’une machine à écrire pour présenter les premiers noms d’acteurs. Le film ne nous épargne pas les phases difficiles que traverse chacun des personnages principaux pour apprendre à vivre avec ses particularités et résoudre ses traumatismes au mieux. Néanmoins, il n’est pas non plus question de se morfondre sur cette bande d’adolescents qui ne rentrent pas dans le moule, mais plutôt de les voir se souder et faire de leur différence une force.

L’intérêt de cette histoire tient aussi dans le rapprochement entre des élèves sur le point de partir pour l’université et un plus jeune qui vient tout juste de commencer le lycée. Cet écart multiplie les possibilités d’entraide, dans les deux sens, et crée ule-monde-de-charliene atmosphère douce-amère pour Charlie (Logan Lerman) dont les amis vont s’éloigner pour passer à l’étape suivante. Ils ont beau le prendre sous leur aile, il est celui qui restera à regarder les autres partir. Cependant, la valeur et les effets de cette amitié permettent à Charlie d’avancer et de consolider sa propre personnalité. Les scènes sont présentées à travers le regard de ce jeune homme et se trouvent parfois entrecoupées de flashs de son enfance. Comme dans ces souvenirs refoulés, la construction scénaristique conserve le mystère du traumatisme durant la quasi-totalité du film. Ce mode narratif entraîne le spectateur plus facilement, par exemple, en lui faisant voir Sam (Emma Watson) pour la première fois dans un halo de lumière, arrivant comme une révélation. Le rendu visuel des fêtes permet une plongée immédiate dans l’ambiance survoltée, en passant aussi par les expériences sensorielles de Charlie retranscrites à l’écran par des flous ou des jeux de lumières lorsqu’il essaie diverses substances.

Le retour dans les années 1990, tant à travers la musique que les tenues vestimentaires, m’a d’autant plus plu qu’il me rappelle un certain vécu. C’était le règne de la cassette audio et des compilations créées pour les amis ou les amours, afin de leur faire découvrir de «vieilles» chansons dénichées dans les cartons des parents ou des grands cousins. Grâce à cette musique, en particulier, les personnages parviennent à dépasser les contraintes sociales et à se construire un espace de liberté. Ainsi, Sam et Patrick (Ezra Miller) interprètent leur chorégraphie au bal du lycée (Come on Eileen des Dexy’s Midnight Runners), ils roulent à toute allure musique à fond dans un tunnel (Heroes de David Bowie), ou reproduisent des extraits du Rocky Horror Picture Show en costume. Ce sentiment de liberté contamine alors le spectateur en même temps qu’il touche Charlie, du fait d’une mise en scène au cœur de l’action. Au-delà de toutes ces considérations, le film vaut le déplacement pour son trio d’acteurs qui forment un tourbillon d’énergie salutaire. Emma Watson a bel et bien rangé son costume d’Hermione Granger, Ezra Miller confirme son talent révélé au grand public dans We Need to Talk about Kevin, et Logan Lerman se retrouve à nouveau dans un premier rôle après Percy Jackson le voleur de foudre.

Le Monde de Charlie (2012)

De Stephen Chbosky. Avec Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller, Mae Whitman…

Durée : 1h43

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, Films, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s