Séries US : des nouveautés en pagaille

D’accord, d’accord, il s’agit de nouveautés lancées en avril aux Etats-Unis, mais tout de même, ça ne sent pas encore la poussière. Avec un peu de retard, je vous propose donc un tour d’horizon de superbes séries comme Fargo ou Silicon Valley, mais aussi d’un arrivage un peu moins reluisant comme Friends with Better Lives.

Friends with Better Lives* (CBS)
Synopsis : Un groupe de cinq amis, dont un couple marié avec enfant, un divorcé, une jeune fiancée, et une éternelle célibataire, traversent la vie ensemble.
Avis après plusieurs épisodes : Les rires en boîte, 3 ou 4 décors de base, une action rythmée par les entrées et sorties de scènes : tous les ingrédients de la sitcom traditionnelle répondent présent. Le premier épisode propose presque exclusivement des blagues et autres jeux de mots sous la ceinture tout en introduisant superficiellement les différents personnages. La femme mariée et l’éternelle célibataire se placent un peu au-dessus du lot en termes d’interprétation et d’intérêt.

SiliconValleySilicon Valley**** (HBO)
Synopsis : Au cœur de la Silicon Valley, de nos jours, la compétition pour développer la nouvelle application révolutionnaire est rude. Une bande de geeks tente sa chance dans la cour des grands lorsque l’un d’entre eux présente son projet.
Avis après plusieurs épisodes : Le premier épisode a rapidement balayé ma crainte de voir une nouvelle série geek sans originalité et surtout sans intérêt pour le commun des mortels. Les créateurs de Silicon Valley glissent en permanence de l’ironie et une certaine critique dans cet univers au cœur de la high tech. On se retrouve projeté au milieu de sectes dont chaque gourou a ses spécificités et n’en est pas moins un redoutable homme d’affaires. La série se régale à jouer visuellement avec les codes couleurs et les symboles des différentes entreprises en concurrence.

Deadbeat** (Hulu)
Synopsis : Un médium looser vient en aide aux fantômes de New York afin de leur permettre d’accomplir leur dernière volonté avant de trouver le repos.
Avis après plusieurs épisodes : Le principe de départ se tient avec un fantôme par épisode. Le protagoniste pourrait presque devenir attachant, mais le résultat se révèle un peu lourd à digérer et l’humour un poil facile. Dans ce format 20 minutes, bien entendu, il ne s’agit pas de prendre le temps de raconter l’existence passée du fantôme du jour, ni même pour l’instant de rentrer dans le détail de la vie du médium, mais il manque un petit quelque chose à la comédie. Sans être ridicules, les effets spéciaux s’en tiennent au service minimum qui pourrait dater des années 1990.

Turn*** (AMC)
Synopsis : En 1776, durant la guerre d’indépendance des Etats-Unis, un fermier rejoint ses amis d’enfance pour former un groupe d’espions qui jouera un rôle déterminant dans l’issue de cette bataille.
Avis après plusieurs épisodes : La série développe un premier centre d’intérêt à travers son sujet lui-même, pan méconnu de la guerre d’indépendance des Etats-Unis. Cette série historique propose un travail sérieux de reconstitution, avec ses décors, costumes, éclairage, tout en plongeant le spectateur au cœur d’un destin personnel amené à prendre part à des situations exceptionnelles. Malgré des performances d’acteurs solides, notamment celle de Jamie Bell, les premiers épisodes n’ont pas déclenché d’intérêt passionné chez moi.

FargoFargo**** (FX)
Synopsis : Lester Nygaard, modeste assureur, mène une vie sans histoire sous les reproches permanents de sa femme. Lorne Malvo débarque en ville, après avoir eu un accident de voiture et laissé filer un homme qui était prisonnier de son coffre. Lorne rencontre Lester dont la vie va alors basculer dans une spirale infernale.
Avis après plusieurs épisodes : La série parvient avec brio à recréer l’atmosphère, l’environnement propre au film Fargo des frères Coen, tout en prenant son indépendance dès le premier épisode. Les acteurs Billy Bob Thornton, en tueur discret au regard inquiétant, et Martin Freeman, en petit bonhomme harcelé qui pète un câble, délivrent des performances de haut vol. La finesse de la mise en scène nous permet de comprendre ce qui se passe dans la tête de Lester parfois sans mot dire.

The Black Box** (ABC)
Synopsis : Catherine Black, neurologue accomplie, doit gérer en secret sa bipolarité. Lorsqu’elle ne prend pas son traitement, elle traverse des phases intenses parfois dangereuses pour elle-même. Elle aide ses patients à sa façon, loin des sentiers battus.
Avis après plusieurs épisodes : Traiter d’une maladie mentale à travers son protagoniste est un point de départ tout à fait intéressant, malheureusement, on a souvent du mal à croire à la performance de Kelly Reilly. Quelque chose n’accroche pas, tout comme c’est le cas avec la bande originale qui abreuve les images de musique jazzy sans que celle-ci ne colle aux ambiances. La construction du scénario est classique, un épisode = un cas de patient résolu par un médecin de génie, même si la narration fait la part belle à la vie privée de Catherine.

Faking it*** (MTV)
Synopsis : Au lycée, deux meilleures amies sont prêtes à tout pour augmenter leur cote de popularité, y compris de se faire passer pour un couple.
Avis après plusieurs épisodes : Faking it semble vouloir s’inscrire dans la lignée des séries comme Awkward mais s’en sort avec moins de finesse. On retrouve bien entendu tous les personnages type, la peste chef de file et sa suite, le beau gosse, les parents à côté de la plaque. L’intérêt ici est de partir du principe que c’est un lycée tolérant, où les rôles s’inversent et où on se moque de la peste. Le thème de l’homosexualité est traité d’une façon plutôt originale.Salem_Serie_de_TV-196827674-large

Salem** (WGN America)
Synopsis : Retour dans le Massachusetts du XVIIe siècle, plus précisément dans la ville de Salem en proie à la fameuse chasse aux sorcières.
Avis après plusieurs épisodes : La production a mis les moyens pour proposer un rendu visuel convaincant de l’époque. Je qualifierais davantage cette série de « repoussante » (insectes grouillants, crapaud avalé…) que d’horrifique. Les bandes annonces nous promettaient une relecture originale de la chasse aux sorcières, alors qu’on nous sert tous les passages obligés comme les pendaisons, les scènes type « l’exorciste », ou les rituels avec sorcières à moitié nues dans la forêt. Au milieu du combat entre les adorateurs du malin et les puritains, quelques personnages comme John présentent a priori une personnalité plus nuancée. Reste que les amateurs du genre pourront peut-être y trouver leur compte.

Publicités
Cet article, publié dans Séries, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Séries US : des nouveautés en pagaille

  1. tequi dit :

    Ben globalement on a assez les mêmes impressions sur ces nouveautés ! 😉

  2. Ping : 66e Emmy Awards : un palmarès avec peu de surprises | behindzescenes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s